SNCF, des mesures pour renforcer la sécurité dans les transports

Poster un commentaire Par défaut

Des agents en civil

Les agents Suge et GPSR seraient autorisés à exercer en civil, munis de leur arme à feu dans certaines circonstances appréciées par l’autorité préfectorale. Ils pourraient également être autorisés à procéder à des palpations et des fouilles sur les voyageurs.

Des règles simplifiées contre la fraude

Le gouvernement simplifierait les règles de compétence des procureurs de la République pour faciliter les contrôles : auparavant, l’accord de tous les procureurs compétents sur la ligne d’un train passant par plusieurs régions était nécessaire. Désormais, seul un procureur pourrait décider. Un agent de police judiciaire pourrait également constater par procès-verbal les infractions commises, ce qui n’était pas le cas jusqu’à maintenant.

Retrouver les fraudeurs

Les états-civils et adresses des contrevenants pourraient  être communiqués aux transporteurs par les administrations des finances et des organismes sociaux.

D’autre part, le délit de « fraude d’habitude », constitué à partir de dix contraventions sur un an pour défaut de titre de transport, serait constitué dès cinq contraventions.

Le coût annuel de la lutte contre la fraude dans les transports en commun est estimé à 500 millions d’euros.

Par ailleurs, les personnels de sécurité des transports pourraient constater par PV les ventes à la sauvette, dans les gares par exemple.

Commentaires bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s