La SNCF veut recruter 1 000 conducteurs de train en 2018

Poster un commentaire Par défaut

PrintAvis aux amateurs : en 2018, la SNCF entends recruter 1 000 conducteurs de train en CDI, dont 566 d’ici avril, notamment via des cours en ligne (Mooc).

Les besoins se concentrent en Ile-de-France, Auvergne Rhône-Alpes, PACA, Grand-Est et Hauts-de-France.

Comme en 2017, la SNCF met en œuvre des formations gratuites en ligne, de quatre séquences de deux heures, dont chaque module d’apprentissage s’achève par un quiz. Elles doivent ensuite être suivies de formations qui durent entre quatre et 12 mois.

Rémunérés 20 000 € brut par an pendant leur formation, les conducteurs gagnent 29 000 € brut en début de carrière, 38 600 € au bout de dix ans de service.

D’autres coprs de métiers sont également visés :  la SNCF prévoit de recruter 5 500 personnes cette année. Dans le même temps, elle vise également 2 000 suppressions de postes, selon un projet de budget présenté fin décembre au comité central du groupe public ferroviaire.

SNCF 2017 : fréquentation en hausse, régularité en baisse

Poster un commentaire Par défaut

AdobePhotoshopExpress_2017-05-12_19-25-20+0200Après plusieurs années de baisse, la tendance s’est inversée et la SNCF a transporté 82 millions de passagers de plus en 2017 par rapport à l’année précédente, dont 10 millions dans les TGV. Au total, le nombre de voyageurs a dépassé 1,7 milliard.

Dans le détail, la fréquentation a progressé de 10% dans les TGV (grâce notamment au service à petits prix OuiGo et à l’accélération des trajets vers l’Aquitaine et la Bretagne), de 8% dans les Intercités et de 4,6% dans les TER. Dans la région parisienne, le Transilien (train de banlieues et RER) a transporté 1,26 milliard de personnes sur l’année (+3,2%).

Plus de retards

Côté régularité,  les performances de 2017 sont médiocres: -1 point pour les TGV à 88,7% de trains considérés à l’heure, -0,9 point pour les Intercités à 87%, +0,3 point pour les TER à 90,5% et -1,1 point à 88,4% pour le Transilien (la SNCF considère qu’un train est à l’heure s’il a moins de 5 minutes de retard pour un trajet inférieur à 1 heure 30, de 10 minutes pour un trajet de 1 heure 30 à 3 heures et de 15 minutes pour un trajet supérieur à 3 heures).

Une année record pour Guillaume Pepy

4,5 millions de trains de voyageurs ont circulé sur l’année, un chiffre en hausse de 1,3%. L’Ile-de-France concentre 40% des circulations et 70% du trafic voyageur national, sur 10% du réseau.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy  a déclaré le 15 janvier que 2017 avait été «une année record» pour son groupe en dépit des incidents qui ont paralysé des gares parisiennes en décembre. « Le mois de décembre a été difficile, ça c’est clair, mais l’année est une année record! »

2018 une année charnière pour le système ferroviaire français

Le patron de la SNCF annonce que 2018 sera «une année charnière pour le système ferroviaire français», avec la «réforme systémique» voulue par l’Etat, et qui doit être annoncée au printemps.

Il donne la priorité cette année à la sécurité, à la robustesse du réseau malgré les très nombreux travaux en cours, et à l’information aux voyageurs, annonçant «une année 200% client».

 

Aucun train à Paris-Gare de Lyon et Bercy le week-end du 18 mars

Commentaire 1 Par défaut

IMG_0279Le week-end des 18-19 mars 2017 aucun train ne circulera au départ ni à l’arrivée des gares de Paris-Gare de Lyon et Bercy. Raison invoquée : la modernisation d’aiguillages datant de 1930.  Voilà bien un week-end où je suis censé travailler qui s’annonce compliqué. 

Ces travaux  auront des conséquences pour les usagers des TGV, Intercités, TER, d’une ligne de Transilien et du RER D, qu’il s’agisse de suppressions de trains ou du transfert de départs et d’arrivées vers d’autres gares.

Le RER A (qui dessert également la Gare de Lyon!) n’est pas concerné. Les lignes de métro circuleront normalement.

A l’origine de cette fermeture, une «opération majeure de modernisation du réseau ferré» . Il est question  « de rénover les commandes de systèmes d’aiguillage en les regroupant dans des tours de contrôle ferroviaire». Les deux postes actuels datent de 1930», ne sont plus  adaptées aux exigences de qualité et de trafic, même ‘ils marchent bien. ».

La SNCF a promis de «mettre en place un accompagnement des voyageurs (…) afin de leur permettre d’effectuer leur voyage et, lorsque ce sera nécessaire, de leur proposer des alternatives».

Les informations seront disponibles à partir du 18 décembre (date d’ouverture des ventes pour cette période) en gares, sur l’ensemble des canaux de distribution et des applis SNCF, et auprès des agences de voyages».

Petit tour d’horizon des perturbations à prévoir

Le RER D ne circulera pas entre Châtelet-Les Halles et Villeneuve-Saint-Geo
rges, entre Juvisy et Corbeil-Essonnes via Ris-Orangis et entre Corbeil-Essonnes et Melun.

La ligne R de Transilien ne circulera pas jusqu’à Paris Gare de Lyon mais aura pour terminus Juvisy. Les fréquences des deux lignes seront significativement réduites, prévient la SNCF en conseillant d’emprunter la correspondance via le RER C.

Les TGV, Intercités et TER Bourgogne desservant habituellement Paris Gare de Lyon et Paris Bercy Bourgogne Pays d’Auvergne circuleront, à l’exception des lignes TGV vers Mulhouse via Dijon et Besançon et vers l’Espagne et l’Italie et des lignes TER vers Dijon.

Marseille et la Côte d’Azur seront desservis depuis la gare de l’aéroport Charles de Gaulle 2 TGV; Lyon le sera depuis Marne-la-Vallée; la Suisse depuis la Gare de l’Est ; Grenoble et les Alpes depuis Versailles-Chantiers; les TGV Languedoc depuis Montparnass; les Intercités et TER Bourgogne depuis Paris Austerlitz.

Depuis le 1er décembre, tout retard au-delà de 30 minutes est indemnisé par la SNCF

Poster un commentaire Par défaut

IMG_0293

Depuis le 1 er décembre, SNCF indemnise passagers des TGV et Intercités qui accusent un retard d’au moins 30 minutes à leur arrivée, quel qu’en soit le motif, une garantie «plus avantageuse» que la règle européenne en vigueur.

Jusqu’à présent, la SNCF dédommageait uniquement les passagers si le retard lui était imputable, y compris en cas de grève lorsque les horaires des trains étaient connus. Cette règle excluait les aléas externes comme les incidents météorologiques ou les actes de malveillance qui représentent un tiers des retards», selon la SNCF.

L’usager pourra faire une demande de dédommagement en ligne, sur le lien «garantie ponctualité» du site SNCF, dès l’arrivée du train. Il obtiendra «un bon d’achat en 48h» et pourra l’utiliser «sur tous les canaux» et «en plusieurs fois s’il le souhaite».

Le barème de l’indemnisation est le suivant :  25% pour un retard de 30 minutes à 2 heures, 50% entre 2h et 3h et 75% au-delà.

Selon la compagnie ferroviaire, le taux de régularité des TGV est de 89,8% depuis le début de l’année, celui des Intercités de 88,7%.

Quand le contrôleur fume les usagers toussent et le train prend du retard

Poster un commentaire Par défaut

Voyageons-sans-fuméeChaque jour, gare de Lyon, je vois des agents de la SNCF ou des policiers, rappeler avec plus ou moins d’insistance à des usagers que fumer est interdit partout dans la gare y compris sur les quais. Dans les trains cela fait longtemps que cette interdiction est en place… Pas pour tout le monde visiblement…

Un TER, reliant Nice à Menton (Alpes-Maritimes), est resté bloqué plus d’une heure en gare de Cap d’Ail après une altercation entre des passagers et une contrôleuse surprise en train de fumer dans son compartiment.

Selon le journel Nice-Matin, qui a révélé l’affaire : «Un passager a fait remarquer à la contrôleuse qu’elle devait arrêter de fumer. Elle a alors rétorqué que ce wagon était son bureau de travail et qu’elle y faisait ce qu’elle voulait».

Selon la SNCF, «le conducteur a déclenché la procédure d’alerte utilisée quand un contrôleur ne se sent plus en sécurité et refuse de repartir», immobilisant le train régional après «une altercation verbale entre des clients et la contrôleuse».

Un cessez-le -feu aurait finalement été signé et choses seraient rentrées dans l’ordre «au bout d’une heure de palabres» et «l’intervention des gendarmes».

La SNCF met à jour ses bornes de vente automatiques

Poster un commentaire Par défaut

bonre de venteLa SNCF va renouveler son parc de 1 300 bornes automatiques d’achat et d’échange de billets. L’investissement annoncé est  de 25 millions d’euros. Les bornes qui ont réalisé l’an dernier 36 millions d’opérations, pour un chiffre d’affaires d’environ 1 million d’euros par jour.

Un logiciel de vente «plus simple et plus rapide»

Dès le 16 mars, dans les 460 gares de France qui accueillent des bornes automatiques, seront équipées d’un logiciel «ergonomie plus moderne et plus tactile, qui permet aux voyageurs d’acheter, de retirer et d’échanger leurs billets de train en un clin d’oeil».

Le temps de transaction devrait passer à «moins de 2 minutes pour l’achat d’un billet en départ immédiat» et à «1 minute pour le retrait d’un billet déjà réservé».

Il sera également  possible d’acheter des billets Eurostar, des cartes d’abonnement, ce qui n’était possible avant qu’en passant par un guichet.

Les bornes jaunes devraient être remplacée en septembre, par des bornes blanches et grises. Ces nouvelles machines seront équipées d’un écran tactile plus grand, d’un nouveau terminal de paiement et d’un lecteur de code-barres pour lire plus rapidement les informations contenues sur les billets.