Confinés : Et si nous descendions la rivière avec Edward Abbey

Poster un commentaire Par défaut

En descendant la rivière, d’Edward Abbey. Gallmeister. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jacques Mailhos. 238 p., 22 euros

Ce livre publié dans sa version originale en 1982 regroupe des essais autobiographiques, politiques et philosophiques écris entre 1978 et 1982. Des textes truffés de références culturelles, littéraires qui vous embarquent à la découverte des grands espaces sauvages américains, la grande cause de cet immense personnage.

Nous sommes des années après la publication de son mythique Désert solitaire (1968) et de ses romans comme : Le gang de la clé à molette (1975), Le feu sur la montagne (1962), Seuls sont les indomptés (1956)…

Edward Abbey (1927-1989) est l’un de mes auteurs américains favoris. Ces textes poétiques, provocateurs, drôles ont cette incroyable capacité à vous tirer de la mélancolie dans laquelle vous pouvez vous trouver en passant par des moments difficiles…

Commentaires bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.