Driss Chraïbi et son jubilatoire inspecteur Ali

Poster un commentaire Par défaut

inspecteur aliL’inspecteur Ali à Trinity College,
de Driss Chraïbi. Éd. Points.
128 p., 5,90€

L’inspecteur Ali file le parfait amour avec la sublime Sophia lorsque le préfet de police de Casablanca le convoque dans les locaux de la police royale marocaine.

Sur place, il apprend qu’il doit se rendre en Grande Bretagne pour faire toute la lumière sur l’assassinat de la princesse Yasmina qui y faisait ses études. Une enquête délicate vu le rang de la victime. L’inspecteur Ali accepte la mission et s’envole pour l’Angleterre…

D’une centaine de pages, ce roman est un pur moment de bonheur tant au niveau du style que des personnages.

Driss Chraïbi, écrivain marocain (1926/2007) de langue française, est l’auteur d’une quinzaine de livres très différents mais souvent anticonformistes et engagés contre la société de consommation, les extrémismes religieux et politiques, les abus du pouvoir…

C’est en 1991 qu’il s’est lancé dans une série avec l’inspecteur Ali de la police royale marocaine comme personnage récurrent. Un être sentimental, plein d’humour, iconoclaste, hâbleur, rebelle, amateur de poésie et bon vivant.

 

 

Extrait :

« Je ne suis pas logique, expliqua l’inspecteur. Je suis illogique. Les criminels semblent illogiques. Pour appréhender l’illogisme apparent de leurs actes, il me suffit de sauter du coq à l’âne. De mon raisonnement au leur. Au fil des années, c’est devenu machinal chez moi. « L’habitude est une seconde nature », disait le sociologue Ibn Khaldoun. La formule est logique. Je l’inverse : « La nature est une seconde habitude. » J’entre ainsi dans toute énigme qui se présente à moi. Et, si je vous parais idiot, c’est uniquement parce que je le suis. C’est ainsi que le fameux inspecteur Ali de la police royale marocaine, grand amateur de poésie, de mots croisés et de jolies femmes, qui « toujours travailla, jamais reposa », révèle sa manière de procéder à un grand ponte de Scotland Yard. Pourquoi le Yard, parce que la belle princesse marocaine Yasmina qui poursuivait ses études au Trinity College de Cambridge vient d’être retrouvée morte. Assassinat ou suicide ? L’affaire risquant de tourner à l’incident diplomatique, les talents de l’inspecteur Ali sont instamment sollicités. »

 

Commentaires bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s