Jeux de voisins, jeux de vilains

Poster un commentaire Par défaut

Small Sticker Ride SEXIl est grand, brun, sec, mal rasé, des cheveux courts frisés. Il lit France football. Elle est petite, brune, le teint mate, pulpeuse, en tailleur noir, un visage de caractère. Ses yeux ne quittent pas son téléphone dont l’écran est fissuré. Ils sont jeunes, très jeunes même, et sont mes voisins du soir, assis en face de moi.

Aujourd’hui, c’est carré famille, nous sommes en fin de semaine, le train est bondé, bruyant, empeste le liquide pour WC chimique, la transpiration, le jambon beurre, les chips, le pâté de campagne et une multitude de parfums…

Dès que nous démarrons, avec quelques minutes de retard, ma voisine, passe un premier appel d’une voix rauque  :

Allô, ça va ? Oui, nous, ça va. On est dans le train. On arrive à Dijon à 21 heures… On se voit ce week-end ? J’ai envie de faire la teuf… OK dommage, une autre fois…

Elle raccroche et rappel une autre personne en resservant le même discours à la virgule près.

À chaque fois, elle informe son copain de la situation qui se contente d’acquiescer d’un air de jeune mâle repus et suffisant, sans quitter son magazine du regard.

Au dixième appel, elle réussit enfin à trouver quelqu’un avec qui faire la fête. Toute joyeuse,  elle réclame un bisou à son ami en lui susurrant un langoureux :

Je t’aime.

Moi aussi, répond-il alors qu’elle bascule ses jambes par-dessus les siennes.

Alors qu’elle l’embrasse, goulûment, il pose son magazine, passe la main gauche par-dessus ses épaules pour l’attirer contre lui et glisse la droite sous sa jupe.

Les yeux dans les yeux, elle lui saisit alors  l’entrejambe et sans le lâcher, elle lui lance en gloussant malicieusement… Attention, mon gaillard, jeux de mains, jeux de vilains ….

Vie de famille et train train quotidien

Poster un commentaire Par défaut
dvd-neuf-documentaier-l-education-des-enfants-pour-les-nuls-conseils

Je me demande si je ne devrais pas l’acheter…

Train du soir. A ma droite, une  adolescente blonde et boudeuse compte ses cheveux en écoutant de la musique. A ma gauche, un jeune prof corrige des copies en marmonnant à chaque fois qu’il repère une faute.

Mon téléphone vibre. Le portable de ma fille aînée, 20 ans. Prudent, je ne décroche pas. J’envoie un SMS : c quoi le problème ?

C moi. Qui vient me chercher à la gare.Je suis arrivée. Ya personne.

Réponse : ta mère. Je suis dans le train.

Sarah : Ah… Ok. Bises

Mon téléphone vibre à nouveau. SMS de ma fille aînée

Tu me manques papou. Je tm. A toute

Réponse : moi aussi. Bisous

Dix minutes plus tard.

Mon téléphone vibre. Le portable de ma deuxième fille de 14 ans. Rebelle boudeuse. SMS

Il (mon fils aîné !) veut pas faire la vaisselle. J’en ai marre. Je m tape tout dans cette baraque de m.

Je réponds pas.

Mon téléphone vibre : l’aîné des garçons, 18 ans dans quelques mois.

J’ai vidé les poubelles, passé le balais. Elle (rebelle et boudeuse) est devant la TV à regarder des séries de m.

SMS de rebelle et boudeuse, après 7  tentatives d’appel.

J’ai donné à mangé et à boire aux chiens. J’ai passé la serpillère. Comme d’hab, l’autre, il affabule. 

SMS de ma fille aînée  : Maman n’est toujours pas venue me chercher. JE FAIS QUOI ????

Réponse : bouge pas. Elle finira par arriver.

SMS ma fille aînée quelques minutes plus tard : C bon la voilà !

SMS de mon fils : elle est dans sa chambre, vautrée sur son lit, au tel avec ses copines.. La table est pas débarrassée. 

SMS de  rebelle et boudeuse : C’est pas vrais. Y gaz ce bouffon.

Trente minutes pus tard… Mon portable vibre. Tentative d’appel de la maison aussitôt suivi d’un SMS de mon épouse :  T où ? Les petits veulent te dire bonne nuit…

Je me déplace vers la plateforme en usager modèle de la SNCF. Ou un père de famille est lui aussi au téléphone avec ses enfants… Le plus grand me demande si  je vais bientôt  les emmener au cinéma voir le dernier Spiderman. Lâchement, je leur dit oui, bientôt, sachant que ce film est interdit aux moins de 12 ans. C’est pas bien, mais les grands sont venus  à bout de mes dernières forces.

Mon regard croise celui du père de famille qui vient de raccrocher… Il s’éponge le front avec un mouchoir en papier.

Mes enfants me harcèlent, soupirent-il. J’aurais jamais dû leur payer des portables.

Vous en avez combien ?

Deux ados.. et vous ?

Cinq. Trois ados  et deux petits. Et les plus pénibles sont… 

Les ados. Cinq enfants? Mon dieu... L’expression sur son visage dit « vous êtes dingue » sa bouche,  « vous en avez du courage !  »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chéri et mon cœur prennent le train

Poster un commentaire Par défaut

a-la-gare-4112825ukjtj_1907Chéri ?

Oui mon cœur, répond l’homme sans cesser de lire son journal.

Tu m’aimes?

Oui mon coeur. C’est quoi cette question? Il l’embrasse sur la joue et se replonge dans son article.

Chéri ?

Oui, mon coeur?

Tu fais quoi ?

Je lis.

Merci ! J’avais vu. Mais tu lis quoi ?

Un article sur la reprise économique…

Passionnant.  Chéri ?

Oui mon cœur ?

J’ai faim. Pas toi ?

Pas encore.  Mais ne m’attend pas…

J’ai pas envie de manger seule. (Moue boudeuse)

Tout le monde mange dans ce train… répond l’homme en souriant discrètement à une jeune fille qui en l’espace de quinze minutes fait son troisième aller et retour aux toilettes…

Chéri ?

Oui mon cœur?

Tu sais quoi ? Tu es trop drôle, dit  la femme en insistant lourdement  sur le « trop »…  Elle sort un petit livre de poche de son sac à main. Lit la 4e de couverture. Puis l’ouvre. Sourit.
connasse parfaiteTu lis quoi mon cœur ?

La femme parfaite est une connasse !…

Moins fort on nous entend…

Quelques minutes s’écoulent. Toi tu n’es pas une connasse.

Je ne suis pas parfaite. J’ai de trop petits seins. Pas comme la tassepé qui n’arrête pas de passer et que  tu n’arrêtes pas de reluquer. T’as pas honte ? Elle doit avoir l’âge de ta fille et certainement un problème urinaire…

Je vois pas de qui tu parles… chuchote-t-il, les joues écarlates. Parle moins fort, on n’est pas seuls.

Toi, arrête de me prendre pour une cruche. Elle se remet à lire.

Mon cœur ?…

(pas de réponse)

Mon cœur ?

Oui chéri ? (ton agacé) Tu vois pas?  Je lis.

J’ai faim.

Un baiser peut en cacher un autre

Poster un commentaire Par défaut

premier-baiser-T-1Gare de Dijon. Le train est à quai. Un couples s’étreint avec application parmi des usagers hagards qui tirent  sur leurs cigarettes comme s’il s’agissait de la dernière. Les baisers du petit couple sont  fougueux. La main de monsieur caresse tendrement le dos de madame. Un message annonce le départ imminent du train.

Attention  à la fermeture des portes.

Monsieur monte. Madame reste sur le quai, les bras ballants comme une petite fille boudeuse. Elle le regarde disparaître les yeux luisants.

Il s’assoit, pianote sur  la vitre pour lui indiquer sa position. Plaque son visage contre le verre froid et embué,  dessine un cœur qu’il embrasse.

–       Tu es fou, semble-t-elle lui dire

–       On s’appelle ? demande-t-il en mimant le geste du pouce et de l’auriculaire.

–       Oui.

–       Je t’aime.

–       Moi aussi.

Le train  démarre doucement. Madame fait mine de le suivre. Monsieur rit. En lui faisant des signes de la main.  Son téléphone sonne. Monsieur me jette un regard qui semble dire : excusez-moi et décroche.

– Allo. Oui…Je suis dans le train… Je ne peux pas te parler.  J’arrive dans 1 h 30. Oui, tout c’est bien passé…  c’était intéressant.  Les enfants sont à l’école ? OK. Moi aussi chérie, je t’aime.

Comme on le dit à la SNCF, voyagez, vibrez…