La SNCF met à jour ses bornes de vente automatiques

Poster un commentaire Par défaut

bonre de venteLa SNCF va renouveler son parc de 1 300 bornes automatiques d’achat et d’échange de billets. L’investissement annoncé est  de 25 millions d’euros. Les bornes qui ont réalisé l’an dernier 36 millions d’opérations, pour un chiffre d’affaires d’environ 1 million d’euros par jour.

Un logiciel de vente «plus simple et plus rapide»

Dès le 16 mars, dans les 460 gares de France qui accueillent des bornes automatiques, seront équipées d’un logiciel «ergonomie plus moderne et plus tactile, qui permet aux voyageurs d’acheter, de retirer et d’échanger leurs billets de train en un clin d’oeil».

Le temps de transaction devrait passer à «moins de 2 minutes pour l’achat d’un billet en départ immédiat» et à «1 minute pour le retrait d’un billet déjà réservé».

Il sera également  possible d’acheter des billets Eurostar, des cartes d’abonnement, ce qui n’était possible avant qu’en passant par un guichet.

Les bornes jaunes devraient être remplacée en septembre, par des bornes blanches et grises. Ces nouvelles machines seront équipées d’un écran tactile plus grand, d’un nouveau terminal de paiement et d’un lecteur de code-barres pour lire plus rapidement les informations contenues sur les billets.

Adieu la carte grand voyageur? IDPASS pour tous et porte-à-porte

Poster un commentaire Par défaut

IMG_0292Hier au boulot, des collègues bien intentionnés, « lecteurs » occasionnels de mon blog et de mes interminables aventures avec mes différentes cartes d’abonnement m’ont fait savoir que la SNCF envisageait de supprimer la carte Grand Voyageur…

Après avoir fait comme si cette info ne me faisait ni chaud ni froid, je me suis précipité sur l’excellent article de mon confrère annonçant cette réforme à venir à la SNCF.

En réalité, annonce l’article, toutes les cartes seront fusionnées en une seule, un IDPass, qui portera à la fois les billets, la carte Voyageur et les cartes commerciales. De même, les différentes applications mobiles de la SNCF seront fondues en une seule dans les prochaines années. Les TER sont aussi le champ d’expérimentations diverses comme cette bibliothèque électronique de livres à télécharger sur la ligne Metz-Luxembourg.

La philosophie du « porte-à-porte »

La compagnie ferroviaire a insisté sur la philosophie du « porte-à-porte », c’est-à-dire sur les offres conjuguant moyens de transports et services avant ou après le train. C’est par exemple le covoiturage de courte distance, avec IDVroom (ex 123envoiture.com). Ou encore l’expérimentation à Lyon d’un service de parking gratuit pour les voyageurs Ouigo s’ils acceptent que leur voiture soit louée pendant leur absence à d’autres usagers.

Selon Guillaume Pepy, ces activités doivent « consolider » le transport collectif en utilisant toutes les convergences possibles : « Notre ennemi, ce sont les premiers kilomètres. Il faut convaincre le plus possible de voyageurs de quitter leur voiture pour emprunter un train. »

 

 

 

Lettre à Guillaume Pépy, président de la SNCF

Commentaires 10 Par défaut

Monsieur Guillaume Pépy
Président de la SNCF
2 place aux Etoiles,
93200 Saint Denis
Monsieur le Président,

05-pepy-030_v2Journaliste, j’effectue quotidiennement des allers et retours entre la Haute-Saône où j’habite et Paris. Je pars le matin de la gare de Belfort Montbéliard TGV en direction de Paris Gare de Lyon.
Je suis titulaire d’un abonnement forfaitaire mensuel de 721 € (auxquels s’ajoutent les réservations obligatoires de 1,50 € soit environ une moyenne de 60 €/mois).
Depuis des mois, je demande à bénéficier d’une formule plus avantageuse : le forfait annuel. En y souscrivant, j’aurais accès à 450 réservations incluses, un espace de réservation dédié, le droit de prendre le train suivant et celui d’avant en cas d’imprévu, et d’être prélevé automatiquement… Une formule qui m’éviterait également d’avoir à faire la queue chaque mois pour renouveler mon forfait, avec le risque d’oublier et de devoir fournir à mon entreprise un justificatif pour toucher l’indemnité transport.
Pour d’obscures raisons, je n’y ai pas droit. Ce type d’abonnement est réservé à un certain nombre parcours.
Ainsi, les usagers entre Belfort TGV et Besançon ; Belfort TGV et Dijon ; entre Besançon et Paris Gare de Lyon;  Dijon et Paris Gare de Lyon…. y ont droit. Pas ceux qui habitent à vingt-cinq minutes de Besançon.
Lorsque je demande des explications aux guichets, au service clients, aux agents de bord… personne n’est en mesure de m’expliquer ce qui pose problème. On me répète inlassablement qu’il faut que je sois patient. Qu’un jour, j’y aurai droit.
Lorsque je suis allé payer mon loyer mensuel à la SNCF, début avril, l’un de vos agents, à qui je faisais part de mon agacement, m’a suggéré « de me rapprocher géographiquement de mon lieu de travail » si je n’étais pas satisfait ajoutant qu’il y avait « à la SNCF d’autres urgences ».
En attendant, je continue de payer environ 230€/mois de plus que titulaire d’un forfait annuel (à titre d’exemple le forfait annuel entre Besançon et Paris Gare de Lyon est actuellement de 545 €). Une situation que je trouve injuste pour tous les usagers qui seraient en droit de prétendre à cet abonnement.
En vous remerciant à l’avance de l’attention que vous voudrez bien porter à ce courrier, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Emmanuel Romer

A la SNCF on chouchoute ses clients

Commentaires 6 Par défaut

cartes fideliteJe préfère en parler aujourd’hui pendant que je suis en possession de toutes mes capacités émotionnelles. Dans quelques jours, en effet, ma vie va changer. Radicalement. Je dois obtenir le statut de Grand Voyageur Le Club. Le nec plus ultra de la carte de fidélité SNCF.

Certes, il me faudra attendre encore quelques semaines avant d’avoir la dite carte,  et jouir (le mot n’est pas trop fort!) des avantages insensés qu’elle me procurera. Je me vois  déjà la  glisser, non sans une certaine émotion, à la place de la carte grand voyageur plus… la présenter pour la première fois au contrôleur… ou aux charmantes hôtesses des salons.

Pour ceux qui n’ont pas le bonheur de prendre le train quotidiennement, cela peut sembler anecdotique. Ce n’est pas le cas, cette carte vous pose un homme ou une femme et elle vous  donne accès aux cafés gratuits dans les salons grands voyageurs, lorsqu’ils existent.

Un privilège qu’il faut mériter (ce qui fait sa qualité et son charme). Il m’aura fallu dépenser la bagatelle de 7661 euros pour accéder au statut. Avec l’objectif chaque année de le conserver en dépensant un minimum de 3500 euros.

Il serait mesquin de ne pas préciser que je gagne également le droit (sous certaines conditions) d’accéder au train suivant… Elle est pas belle la vie?

Vert de rage contre la SNCF

Commentaires 2 Par défaut

cartes fidelitePalpitations, fourmillements au bout des doigts, cœur qui s’accélère… Ce matin en ouvrant le courrier j’ai eu la surprise de recevoir la carte de fidélité de mon épouse. La carte Grand Voyageur Le Club dans un écrin doré avec un mot d’Agnès Ogier directrice Marketing SNCF Voyage.

C’est formidable ma femme n’aura pas à poiroter dans les courants d’air pendant des mois avant de pouvoir bénéficier de l’accès aux Salons Grands Voyageurs, elle aura droit aux boissons chaudes gratuites, aux magazines, aux sourires à l’accueil… Elle ne se fera pas refouler de ce même salon par une hôtesse méprisante parce qu’elle aura confondu les points statuts et les points monnaies… Elle ne verra pas ses points statuts s’évaporer à chaque fois qu’elle en passera de  Voyageur à grand voyageur et de grand voyageur à Grand Voyageur Plus…

Ce qui me surprend dans cette affaire, c’est qu’elle vient à peine de souscrire à un abonnement annuel à la SNCF sur son trajet quotidien Belfort Dijon (sur mes conseils)…  Qu’elle vient à peine de demander sa carte de fidélité (également sur mes conseils…)  Si je suis content pour elle, je suis vert de rage contre la SNCF.

Client forfait j’ai, depuis le mois de juillet, déjà payé à cette grande maison l’équivalent de plus de 5000 euros en abonnements. Sans compter les réservations (entre 60 et 70 € par mois, généreusement offertes avec l’abonnement annuel). Formule à laquelle je n’ai pas le  droit de souscrire pour d’obscures raisons que personne (à la SNCF)  n’est en mesure  de m’expliquer. Mais cela, j’en ai déjà souvent parlé… (lire posts précédents)

United colors of usagers

Poster un commentaire Par défaut

244574_des-billets-sncfAvec mes allers et retours quasi quotidiens, je ne sais jamais avec qui je vais  terminer ma nuit.  S’agira-t-il d’un homme ? d’une femme ? Sera-t-il âgé ?jeune ?  Gros  ou maigre ? Aimable ? Malodorant ? Parfumé ? Envahissant ? Discret ?

A chaque jour sa bonne ou mauvaise surprise :

Lundi

Besançon.  Un curieux  monsieur, corpulent, se glisse discrètement à côté de moi, en jetant des regards inquiets autour de lui. Lorsque le chef de bord (contrôleur) passe quelques minutes plus tard,  pour, selon la formule consacrée, contrôler les « titres de transport », ce dernier lui demande :

«Alors, vous avez trouvé ?

Non, répond l’homme plus inquiet que jamais avant de se lever et s’éloigner en répétant :  « Je dois absolument retrouver la compagnie A. Je dois absolument …

Mercredi

photo 2Je me réveille pour découvrir une femme d’une soixantaine d’années, dégageant une odeur de tapis de sol de tente de camping à mes côtés. Le genre institutrice à la retraite, raide, cassante,  qui recouvre les livres qu’elle emprunte au club  de lecture de l’amicale laïc de son quartier d’un film plastique transparent.

Le genre à vous fusiller du regard dès que votre coude ou votre genou l’effleure mais qui ne cesse de tricoter des jambes, de déballer et remballer des petites douceurs sucrées qu’elle mâche longuement et  bruyamment.

Jeudi

Un jeune cadre longiligne, la cinquantaine,  à l’élégance apprêtée, barbe grisonnante de trois jours,  écharpe cachemire à rayures bleu et gris, gilet en velours noir, nœud de cravate lâche, le genre mannequin de catalogue de prêt à porté…

Vendredi

Une grande dijonnaise aux longs cheveux châtains, âgée d’une vingtaine d’années,  s’installe à mes côtés. Elle se met à lire L’insoutenable légèreté de l’être en format poche…  tout en décortiquant un pain au chocolat du bout des doigts…

Sa garde-robe est impressionnante : jean de marque, pull norvégien, d’étonnant bottillons en caoutchouc griffés Aigle by Liberty art Fabric… Soit plus d’un mois de mon salaire sur le corps si l’on additionne le tout, du parfum vanillé à sa coiffure en passant par le maquillage, le sac à main, le téléphone, la tablette…

TGV, TVA et abonnements

Commentaire 1 Par défaut

CGV Mon forfait annuel 244574_des-billets-sncfChaque mois, comme des nombreux usagers, je renouvelle mon abonnement. Un forfait libre circulation qui, hausse de la TVA oblige, a augmenté de près de 20 €.

J’ai profité  (comme je le fais chaque mois depuis septembre) de ce passage à un guichet, pour demander des nouvelles du forfait annuel qui comme la pub le dit est simple, avantageux et innovant.

Avec le forfait annuel, en effet, plus besoin de se déplacer pour trouver un guichet ouvert, sans queue, où l’on va tenter sans trop y croire de croiser un employé de la SNCF aimable, compréhensif, motivé…

450 réservations incluses

Avec le forfait annuel, on est prélevé chaque mois, le tarif est beaucoup plus intéressant que celui du forfait mensuel et il comprend 450 réservations obligatoires à 1,50 €.

Lorsque l’on fait plus d’une trentaine de  trajets par mois  cela fait une cinquantenaire d’euros d’économie (Soit près de 560 euros sur onze mois !).

Avec un forfait annuel on a pas besoin de fournir des justificatifs chaque mois à son employeur… pour le remboursement d’une partie de l’abonnement… Le forfait annuel c’est la solution pour des gens dans ma situation. Une économie de temps, d’argent…

Pas d’accord pas de forfait

A ceci près que pour une raison que personne à la SNCF n’est en mesure de m’expliquer, je n’ai pas droit à cette formule faute avancent-ils  « d’accord entre la gare TGV de Belfort et celle de Paris. »

Les usagers voyageant entre de Besançon et Paris, Dijon et Paris , Lyon et Paris…  y ont droit mais pas ceux de Belfort TGV.  Volontairement ou pas on nous a oublié.

Soyez patient

Lorsque je commence à me plaindre, à parler d’injustice, de discrimination, d’inégalité entre devant les tarifs, on me dit « d’attendre », d’être « patient »… C’est un forfait nouveau. Il faut le temps qu’il se mettent en place ».

Si j’insiste, on me conseil d’écrire au service clients, de faire signer une pétition, de créer un groupe de pression au parlement, de manifester à Paris entre République et  Nation, avec un bonnet rouge ou encore de déverser du fumier devant le siège de la SNCF…. Et pourquoi pas une opération escargot avec ma Twingo…

Pas d’augmentation 

Je plaisante, mais la pilule passe de plus en plus mal, d’autant que les camarades usagers, titulaires de ce forfait annuel m’ont joyeusement annoncé que leurs prélèvements n’avaient pas augmenté.

Comme le sit si joliment la SNCF : « A nous de vous faire préférer le train. »