Dans l’intimité d’une petite ville de l’Amérique profonde avec Alan Watt

Poster un commentaire Par défaut

Dans ce premier roman, l’auteur canadien Alan Watt nous propose un huis-clos sombre et poignant au coeur d’une petite ville de l’Ouest américain.

Alan Watt

Frontier Hotel,
d’Alan Watt
Traduit de l’anglais (Canada) par Claire Breton, Éd. du Masque, 348 p., 22 €

Alice, la quarantaine approchant, se pose une multitude de questions existentielles. En apparence, elle a tout pour être heureuse. Un mari fortuné, une vie confortable dans un quartier huppé de San Francisco… Mais tout cela ne lui convient plus. À commencer par la relation avec son mari, de 19 ans son aîné, une vedette du rock vieillissante qu’elle ne supporte plus. Treize ans à faire semblant d’aimer quelqu’un, c’est long ! Profitant de son absence, elle décide de le quitter.

N’ayant nulle part où aller, elle décide de retourner chez ses parents dans le nord-ouest des États-Unis, même si elle est consciente que ces derniers feront tout pour qu’elle change d’avis. En cours de route, alors qu’elle tente de réserver une chambre dans un hôtel, ses cartes de crédit sont refusées ; son mari lui a coupé les vivres. Il lui reste à peine de quoi passer une nuit au Frontier Hotel, un établissement miteux de la petite ville de Waiden dans l’Oregon.

À partir de là, elle va devoir se débrouiller seule et se trouver un travail pour se nourrir et se loger. Dans les jours qui suivent, elle croise une multitude de personnages dont Webb Cooley, l’employé taciturne d’une épicerie dont la ville semble se méfier et que certains traitent comme un pestiféré. Très vite, ils se lient d’amitié. Dans ce roman, que l’auteur dit avoir mis plus de quatorze ans à écrire, il est beaucoup question d’amour, de confiance, de foi, de pardon et de secret. C’est poignant, sombre, surprenant, subtilement pesant, remarquablement rythmé par un enchaînement de chapitres courts avec du suspense jusqu’aux dernières lignes.

L’auteur, romancier, peintre, scénariste, essayiste, acteur canadien d’origine écossaise nous invite à entrer dans l’intimité d’une bourgade sauvage de l’Ouest américain où personne n’a de secret pour personne, où ce qui est différent ou étranger est forcément suspect, où les rancœurs sont tenaces. Avec finesse, il évoque toutes sortes de problèmes de société auxquels les habitants sont confrontés et où la situation peut basculer sans crier gare.

Un voyage dans l’Amérique indienne avec l’écrivain David Treuer

Poster un commentaire Par défaut

indian-roads-david-treuer-l-jbhqkdINDIAN ROADS

Un voyage dans l’Amérique indienne de David Treuer,

Éd. Albin Michel, Coll. « Terres d’Amérique ». Traduit de l’anglais (États-Unis) par Danièle Laruelle. 420 p., 24 €

L’Amérique du Nord compte des réserves indiennes disséminées sur l’ensemble du continent. Reliquat des terres indiennes ancestrales et héritage d’une histoire violente et tragique, certaines couvrent à peine quelques hectares quand d’autres, comme celle des Navajos en Arizona, rivalisent avec certains états américains comme le Connecticut.

Quelques-unes sont prospères notamment grâce aux casinos, la grande majorité connaît une extrême pauvreté. « Il y a environ trois cent dix réserves indiennes aux États-Unis », précise David Treuer dans l’introduction de son ouvrage. « Mais le Bureau des affaires indiennes n’est pas certain de leur nombre exact – ce qui en dit long sur cet organisme et sur la nature même des réserves », ajoute cet auteur d’origines indienne (ojibwé) par sa mère et autrichienne par son père.

Avec cet essai, ce romancier connu et reconnu (1), enseignant, nous fait découvrir ce monde de l’intérieur, loin des stéréotypes, mêlant sa propre expérience, des témoignages, des faits historiques. David Treuer a grandi sur la réserve de Leech Lake dans le Minnesota, à deux pas de la frontière canadienne.

Il fait le tour des questions qui agitent les réserves: droits de pêche et de chasse, question des gangs, gestion des casinos… Il évoque également la relation entre les Blancs et les Indiens, la sauvegarde des langues traditionnelles… Tout cela est abordé avec panache et délicatesse, et un souci permanent d’objectivité comme lorsqu’il dénonce sans détour la corruption de certaines élites indiennes. Pour lui, comprendre les Indiens, c’est comprendre l’Amérique.

 (1) Trois de ses romans: Little, Comme un frère et Le Manuscrit du docteur Apelle (lire La Croix du 24 mai 2007) sont édités par Albin Michel.

 

« Cette été,  j’étais aux States »

Commentaire 1 Par défaut

IMG_5482Dimanche soir. Le train de 19 h 23 est bondé. Complet. Le compartiment grouille d’usagers. Ça sent le pâté, les chips, la bière, la friture, le jambon et la sueur….. Je n’ai-pas le choix que de m’installer à ma place.

Mon futur voisin est un type imposant qui empeste la soupe à l’ognon. Son sac est posé sur le siège. Il m’explique qu’il ne sait pas quoi en faire. Je lui suggère de le poser dans l’espace au dessus de nos têtes. Il me dit qu’il est trop gros. Je lui propose d’essayer. J’y arrive presque. Une bouteille dans la poche bloque. Je lui suggère de l’enlever.

C’est que je n’ai pas soif pour le moment, me répond-il, en jouant avec ses trois téléphones portables. D’un air ton de plus en plus agacé par la situation je lui propose de prendre sa valise sur mes genoux. Il s’insurge… Mais non on va enlever la bouteille. Je voudrais pas abuser…

Je m’installe, le forçant à serrer les jambes et à se pousser.

J’ai du boulot, j’ouvre mon ordinateur. Demain matin je rends un article sur un papier sur l’excellent bouquin de Craig Davidson. Cataract City.

« Le rêve américain, lit à haute voix mon voisin… Vous écrivez un article ?

J’acquiesce…

Cet été, j’étais aux States … Le rêve américain, je l’ai vécu de près… J’ai vu des rues pleines de clodos à New York… Le rêve américain c’est pas pour tout le monde….

Je referme mon ordinateur. Je ne travaillerai pas ce soir…

C’est quoi votre journal ? l’Express ? Le Point ?

La Croix.

Super ce journal. Je l’ai jamais lu, mais paraît qu’il est sérieux… C’est pas un peu beaucoup catho ? Vous êtes catho ? Vous avez par une tête de catho ?

Je n’ai pas le temps de répondre qu’il ajoute : et vous allez parler du rêve américain à vos lecteurs ? C’est pas vraiment catho le rêve américain…

C’est une critique de roman…

Ah ok. Je comprends mieux… Vous lisez les livres au moins ? Moi, je ne lis jamais de roman. Je passe déjà mes journées dans des plans et des revues techniques, c’est pas pour lire des romans.

Je lui demande ce qu’il fait comme métier.

Ingénieur génie civile… Les ponts, les tunnels, les ouvrages d’art, vous voyez de quoi je parles ?

Intéressant comme métier.

Mais prenant. Voilà quinze ans que je bosse sans arrêt, dans toute l’Europe, avec parfois près d’une centaine de zigs sous mes ordres et des responsabilités à se bouffer le cul… J’en peux plus. J’ai décidé d’arrêter quelques mois. Histoire de souffler, de réfléchir, voyager…

Lire ?

Qui sait, je lirai peut-être le bouquin de Valérie sur François…. Certainement pas des histoires sur le rêve américain… sourit-il en me gratifiant d’un clin d’œil. Lorsque le train entre en gare, il s’excuse.

Désolé faut que j’aille fumer…