Sous la cravate la grâce et la finesse

Poster un commentaire Par défaut

cravateLundi matin. 8 h 30. Une dizaine de grands mâles cravatés aux mains greffées d’attachés cases en cuir s’engouffrent dans la rame du RER A où je me trouve. Ils font tous la même taille, ignorent le monde qui les entoure. Une jeune femme les accompagne.

Plus petite, elle se rend de l’un à l’autre pour se présenter. L’un d’entre eux, le seul à afficher une mâchoire carrée, une dentition éclatante, des épaules larges et un ventre plat lui demande avec l’assurance et de ceux qui décident pour les autres où a lieu la réunion du jour.

Wagram, répond la jeune femme.

L’homme à la mâchoire carrée qui a capté l’attention des autres grands  mâles cravatés à doubles mentons, déclare alors qu’il espère qu’on va enfin leur proposer une méthode « efficace et radicale »pour supprimer syndicats, CHSCT et autres comités d’entreprise…. Son public rit en cœur se livrant dans la foulée à des commentaires du même acabit sur les 35 heures, les CDI qui plombent l’économie et des lendemains qui chantent à condition que ceux que les « incapables » qui nous gouvernent partent…

Mâchoire carrée sentant qu’il perd son public se penche alors vers la petite jeune femme et lui demande d’un air condescendant. Vous pourriez profiter de cette journée à Paris pour faire peu de shopping ? Non ?

Je… n’aurai pas le temps, répond-elle gênée. Le programme est chargé.

Je peux vous procurer un mot d’excuse si vous le souhaitez…, suggère l’un des doubles mentons avec un sourire gluant de sous-entendus qui provoque chez moi un dégoût que j’ai du mal à dissimuler et l’envie de lui demander à quoi il s’attend en retour pour une telle faveur…

Enfants à bord

Commentaire 1 Par défaut

TGV-FAMILYLe vendredi soir, je croise souvent des enfants dans les trains. Cela donne parfois d’étranges échanges qui tendent à prouver que les chiens ne font pas des chats et inversement… 

Pourquoi le monsieur y n’a pas de bouche ?

François-Xavier voyons… la maman feint un air outré.

Maman, le monsieur n’a pas de bouche…

Mais si mon cœur, le monsieur a une bouche, elle est cachée sous sa barbe, explique la maman en souriant au grand barbu en face d’eux dans le train à destination de Mulhouse.

La réponse ne satisfait pas François-Xavier, un petit garçon de 4 ou cinq ans qui n’en démord pas, le monsieur n’a pas de bouche.

Une femme d’une quarantaine d’années, aux formes généreuses s’installe à côté du Barbu. François-Xavier ne la quitte pas de ses petits yeux verts furibonds.

Maman pourquoi la dame est grosse ?

La maman ne répond pas.

François-Xavier n’est pas du genre à abandonner. Pourquoi, la dame est grooooossse ?

François-Xavier, ce n’est pas bien. Tu peux blesser les gens avec ce genre de remarque. Ce n’est  certainement pas de la  faute de la dame. Elle pourrait être malade. Ce n’est pas gentil de montrer les gens du doigt, lui explique la maman en prenant un ton menaçant. Si tu continues François-Xavier, je vais te donner une fessée…

La dame n’est pas malade, mon chéri, intervient aussitôt la dame en regardant la maman d’un air exagérément compatissant. Je suis grosse. Difficile à nier une telle évidence. Mais c’est mon choix. Et tu sais pourquoi ?

François-Xavier hoche la tête en se blottissant contre sa maman.

Eh bien dans ce gros ventre, vivent deux enfants qui devraient très bientôt pointer le bout de leur nez… Alors tu vois ce n’est pas trop grave, contrairement à la bêtise certaines personnes…