Vert de rage contre la SNCF

Commentaires 2 Par défaut

cartes fidelitePalpitations, fourmillements au bout des doigts, cœur qui s’accélère… Ce matin en ouvrant le courrier j’ai eu la surprise de recevoir la carte de fidélité de mon épouse. La carte Grand Voyageur Le Club dans un écrin doré avec un mot d’Agnès Ogier directrice Marketing SNCF Voyage.

C’est formidable ma femme n’aura pas à poiroter dans les courants d’air pendant des mois avant de pouvoir bénéficier de l’accès aux Salons Grands Voyageurs, elle aura droit aux boissons chaudes gratuites, aux magazines, aux sourires à l’accueil… Elle ne se fera pas refouler de ce même salon par une hôtesse méprisante parce qu’elle aura confondu les points statuts et les points monnaies… Elle ne verra pas ses points statuts s’évaporer à chaque fois qu’elle en passera de  Voyageur à grand voyageur et de grand voyageur à Grand Voyageur Plus…

Ce qui me surprend dans cette affaire, c’est qu’elle vient à peine de souscrire à un abonnement annuel à la SNCF sur son trajet quotidien Belfort Dijon (sur mes conseils)…  Qu’elle vient à peine de demander sa carte de fidélité (également sur mes conseils…)  Si je suis content pour elle, je suis vert de rage contre la SNCF.

Client forfait j’ai, depuis le mois de juillet, déjà payé à cette grande maison l’équivalent de plus de 5000 euros en abonnements. Sans compter les réservations (entre 60 et 70 € par mois, généreusement offertes avec l’abonnement annuel). Formule à laquelle je n’ai pas le  droit de souscrire pour d’obscures raisons que personne (à la SNCF)  n’est en mesure  de m’expliquer. Mais cela, j’en ai déjà souvent parlé… (lire posts précédents)

Et ça repart le train train du quotidien!

Poster un commentaire Par défaut

CGV Mon forfait annuelDemain, mercredi, après une petite trêve de quelques jours, une parenthèse en images et dans les bois à préparer l’hiver prochain, le quotidien reprend le dessus. Le train train quotidien, ou le TGV TGV selon l’expression revue et adaptée.

Ce matin, petite piqure de rappel ou mise en bouche,  la poste m’a remis une lettre de la grande maison SNCF. Une réponse à un courrier que je leur ai envoyé le 2 février concernant leur gestion des abonnements au forfait.

La réponse est à la hauteur de la réputation de cette entreprise…  D’une phrase, ils me rappellent l’objet de ma lettre (ma « déception de le pas pouvoir bénéficier du Forfait annuel sur la relation  Belfort/Paris »). M’expliquent (ce que je savais déjà !) ensuite que ce que je demande (avoir accès au forfait annuel avec 450 réservations incluses et un prélèvement mensuel m’évitant de faire la queue à des guichets avec le risque d’oublier de renouveler mon abonnement…)  est « phase de développement ». Elle m’informe que mes remarques ont été portées « à la connaissance du responsable de la ligne concernée ».railway-wallpaper-1280x960.jpg

On me fait également comprendre combien mes « observations sont importantes car elle permettent à la SNCF de mesurer les difficultés rencontrées par ses clients ».

En guise de conclusion la conseillère Programme Voyageur, me conseille (c’est son métier)  de m’inscrire au blog de la Communauté AXE EST (qui ne concerne pas ma ligne !) depuis www.imaginetgv.com, pour « exprimer et partager » sur tous les sujets propres aux abonnés…

En gros, tout cela pour me dire qu’ils ne peuvent rien pour moi, car je ne  représente pas une priorité  pour leurs services et qu’en attendant je peux aller passer mes nerfs sur un site qu’ils contrôlent….

Un beau jour pour faire fortune ?

Poster un commentaire Par défaut

railway-wallpaper-1280x960.jpgIl y a quelques jours, j’ai adhéré à la garantie voyage proactive de la SNCF (on dirait une marque de croquettes pour chiens! SNCF proactif pour avoir le poil luisant). Au delà de quinze minutes de retard je gagne de points « monnaie » sur ma carte Grand Voyageur PUS (le PLUS est important!)

Jusqu’à ce beau matin frais de décembre, je n’avais pas eu le moindre retard. Aujourd’hui, je cumule et  j’accumule.

1er train vingt minutes, second train quarante-deux minutes… A ce rythme ce soir je couche dans le train….

Un mois de décembre qui commence sur les chapeaux de roues. Seule ombre au tableau, j’ai du attendre entre les deux trains une bonne heure qui ne rentre pas dans la comptabilité SNCF. Pas plus que le double expresso à 2€ 60 avalé à la Gare de Dijon. Pour faire fortune faut investir.