United colors of usagers

Poster un commentaire Par défaut

244574_des-billets-sncfAvec mes allers et retours quasi quotidiens, je ne sais jamais avec qui je vais  terminer ma nuit.  S’agira-t-il d’un homme ? d’une femme ? Sera-t-il âgé ?jeune ?  Gros  ou maigre ? Aimable ? Malodorant ? Parfumé ? Envahissant ? Discret ?

A chaque jour sa bonne ou mauvaise surprise :

Lundi

Besançon.  Un curieux  monsieur, corpulent, se glisse discrètement à côté de moi, en jetant des regards inquiets autour de lui. Lorsque le chef de bord (contrôleur) passe quelques minutes plus tard,  pour, selon la formule consacrée, contrôler les « titres de transport », ce dernier lui demande :

«Alors, vous avez trouvé ?

Non, répond l’homme plus inquiet que jamais avant de se lever et s’éloigner en répétant :  « Je dois absolument retrouver la compagnie A. Je dois absolument …

Mercredi

photo 2Je me réveille pour découvrir une femme d’une soixantaine d’années, dégageant une odeur de tapis de sol de tente de camping à mes côtés. Le genre institutrice à la retraite, raide, cassante,  qui recouvre les livres qu’elle emprunte au club  de lecture de l’amicale laïc de son quartier d’un film plastique transparent.

Le genre à vous fusiller du regard dès que votre coude ou votre genou l’effleure mais qui ne cesse de tricoter des jambes, de déballer et remballer des petites douceurs sucrées qu’elle mâche longuement et  bruyamment.

Jeudi

Un jeune cadre longiligne, la cinquantaine,  à l’élégance apprêtée, barbe grisonnante de trois jours,  écharpe cachemire à rayures bleu et gris, gilet en velours noir, nœud de cravate lâche, le genre mannequin de catalogue de prêt à porté…

Vendredi

Une grande dijonnaise aux longs cheveux châtains, âgée d’une vingtaine d’années,  s’installe à mes côtés. Elle se met à lire L’insoutenable légèreté de l’être en format poche…  tout en décortiquant un pain au chocolat du bout des doigts…

Sa garde-robe est impressionnante : jean de marque, pull norvégien, d’étonnant bottillons en caoutchouc griffés Aigle by Liberty art Fabric… Soit plus d’un mois de mon salaire sur le corps si l’on additionne le tout, du parfum vanillé à sa coiffure en passant par le maquillage, le sac à main, le téléphone, la tablette…

Conversations d’initiés

Poster un commentaire Par défaut

Mercredi matin, petit café au salon Grand Voyageur de la gare de Lyon avant d’affronter les hordes barbares du RER parisien.

Deux hommes, la soixantaine, aussi grands et élégants l’un que l’autre font la queue devant la machine à café.

-Alors quoi de neuf? demande le premier.

-« Voyage voyage », répond l’autre en fredonnant la  célèbre chanson de Desireless.  J’arrive de Londres.

– Cette semaine, j’ai  enchaîné Dallas, Chicago et Calgary où il faisait très froid  Je suis épuisé.  Aujourd’hui, j’anime le comité de pilotage sur les applications de masse…

Leurs boissons en main, ils prennent la direction de la sortie en poursuivant leur conversation, m’abandonnant avec plein de questions. Notamment sur la nature de ces applications de masse… et le métier de ces deux collègues grands voyageurs…